01 48 74 16 48 contact@sneca.fr

CONSTAT – En France, depuis cinquante ans, les lois favorisant l’égalité homme-femme dans l’entreprise se multiplient. A travail de valeur égale salaire égal, quota de femmes dans les conseils d’administration, lutte contre le sexisme, etc. Pourtant, les discriminations perdurent et la précarité des moins qualifiées s’accroît.

Moins 23 %. C’est en moyenne la part de salaire que gagnent en France les femmes par rapport aux hommes, d’après les calculs de l’INSEE à partir de données récoltées en 2017. À temps de travail équivalent, elles touchent 16,8 % de moins que les hommes. Plus on s’élève sur l’échelle des salaires, plus les écarts entre femmes et hommes augmentent. Pire, plus de 28 % des femmes actives en 2019 travaillaient à temps partiel, c’est 20 points de plus que les hommes. Ainsi, 7,8 % des femmes restent « sous-employées » : il s’agit de travailleuses à temps partiel qui souhaiteraient en faire plus, ou qui ont travaillé moins que d’ordinaire pendant une période précise. Mis bout à bout, ces éléments attestent que les Françaises ont travaillé gratuitement en 2020 à partir du 4 novembre, à 16 h 16, selon le collectif féministe Les Glorieuses.

Lire la suite